Structure

Charpente brute

Charpente brute

Essence origine

Pin maritime
Forêts locales (moins de 100 km de l’entreprise)
Forêts gérées durablement :
PEFC (N° 10-31-346 QUAL/04-019)

Etat de surface profil

Bois bruts de sciage

Taux d’humidité

Supérieur à 25%
Bois frais de sciage

Durabilité naturelle

  • Duramen compatible avec la classe d’emploi 3.2 pour une longévité entre 10 et 50 ans
  • Aubier sensible aux insectes xylophages et aux champignons : traitement obligatoire pour un usage en classe d’emploi 2 ou au-delà
  • Traitement anti-termites obligatoire en zone termitée

Classe de résistance mécanique

C18 ou C24

Contrôle qualité et marquage

  • Certification CTBP+ (efficacité et sécurité) pour les produits de traitement
  • Marquage CE règlementaire  » bois de structure  » selon la norme NF EN 14081

Durabilité conférée

Par trempage : compatible avec les classes d’emploi 3.1 / 2 / 1
Par autoclave : compatible avec les classes d’emploi 4 / 3.2 / 3.1 / 2 / 1
Voir règles professionnelles

Qualité visuelle

Structure apparente ou non-apparente

Prestations possibles

Bois massif (BM)

Ep. x Larg.
(mm)
Longueurs (m)
2,00 2,40 3,00 3,50 4,00 4,50 5,00
40 x 100 220 220 220 220 220 220 220
40 x 150 140 140 140 140 140 140 140
40 x 200 100 100 100 100 100 100 100
40 x 225 100 100 100 100 100 100 100
50 x 150 112 112 112 112 112 112 112
50 x 200 80 80 80 80 80 80 80
50 x 225 80 80 80 80 80 80 80
50 x 250 64 64 64 64 64 64 64
60 x 80 156 156 156 156 156 156 156
60 x 150 84 84 84 84 84 84 84
75 x 80 140 140 140 140 140 140 140
80 x 100 110 110 110 110 110 110 110
80 x 150 62 62 62 62 62 62 62
80 x 200 50 50 50 50 50 50 50
80 x 225 42 42 42 42 42 42 42
100 x 150 50 50 50 50 50 50 50
100 x 200 40 40 40 40 40 40 40
100 x 225 34 34 34 34 34 34 34
100 x 250 32 32 32 32 32 32 32
120 x 250 28 28 28 28 28 28 28
150 x 150 38 38 38 38 38 38 38
200 x 200 18 18 18 18 18 18 18

en stock sur demande
Autres sections et longueurs : nous consulter

Règles professionnelles selon les normes en vigueur

Protection des bois de construction : Depuis 2006, les bois et matériaux à base de bois participant à la solidité des bâtiments doivent être protégés contre les insectes à larves xylophages sur l’ensemble du territoire y compris les DOM et contre les termites dans les zones délimitées par un arrêté préfectoral. – Code de la Construction et de l’Habitation – Articles R 112.2 et R 112.3

Séchage : Le séchage est avant tout une opération de valorisation des bois : il leur confère une meilleure durabilité face aux champignons et augmente leur résistance mécanique. Les calculs de structure sont généralement basés
sur des bois secs à 18-20%

Comment le nouveau NF DTU 31.1 prend-il en compte le séchage des bois de très forte section ? Le NF DTU 31.1 intègre une annexe intitulée  » Cas particulier des bois massifs à forte humidité « , qui permet de mettre en oeuvre des bois de très forte section, utilisés notamment dans la restauration des monuments historiques et du patrimoine ancien, qui ne peuvent pas atteindre le degré de séchage exigé sur les travaux courants. Cette annexe décrit à quelles conditions ces bois — d’une épaisseur supérieure à 120 mm en feuillus et 140 mm en résineux — peuvent être mis en oeuvre dans le cadre du NF DTU, sous réserve de prendre en compte le taux d’humidité réel dans le calcul, et les déformations des bois à venir dans la conception des assemblages, pour éviter tout désordre au sein même de l’élément ou de ses ancrages dans le gros oeuvre. FFB

Retraitement des coupes : Lorsqu’un bois fait l’objet d’usinages (découpes, perçages, etc.) après avoir été traité (trempage ou autoclave), toutes les zones usinées doivent être retraitées avec un produit adapté avant la mise en oeuvre en classe d’emploi 3.1, 3.2 ou 4 (selon NF EN 335). – Règle imposée par les fournisseurs de produits de  préservation du bois

Conception drainante : Tout ouvrage bois exposé aux intempéries doit être, autant que possible, de conception dite  » drainante  » afin d’optimiser son comportement dans le temps. Cela consiste à éviter les zones de stagnation d’eau, limiter l’épaisseur des pièces, éloigner les bois du sol (20 cm minimum) et désolidariser les pièces pour permettre leur ventilation et leur séchage. – Fascicule AFNOR FD P20-651